Les hémorragies intra-crâniennes

C’est la présence de sang ou une dégradation intra crânienne.

 

I-                    ETIOLOGIE

Traumatisme, rupture d’anévrisme, malformation artério-veineuse, troubles hématologiques, thrombophlébites tumorales, problèmes métaboliques (cirrhose, amiloidose…), hypertension, anticoagulants, infarctus avec transformation hémorragique.

-          Intra cérébrale : constitution hémorragique ; hématome intra parenchymateux.

-          Extra cérébrale : extra dural ; sous dural.

-          Sous arachnoïdien.

 

 

1-      Les examens

  • Scanner,
  • IRM,
  • Angiographie,
  • Echographie (pour les bébés).

 

 

a)      Le scanner

Relation linéaire entre la concentration en hémoglobine et la densité du sang.

Chez les sujets sains ; le sang circulant est un peu plus dense que la substance grise.

Lors d’une hémorragie cérébrale ;

-          Caillot de sang,

-          Rétraction du caillot (= cellules hypodenses),

-          Lyse progressive du callot (= diminution de la densité).

Si très BLANC : nous se trouve dans la 3ème heure suivant l’apparition de l’hématome.

HYPODENSE : au-delà de 3 semaines après l’apparition.

En IRM : le signal de l’hémoglobine change dans le temps ; récent, moyen, ancien.

 

 

II-                  HEMATOME EXTRA DURAL

Epanchement sanguin entre la dure-mère et la table interne du crâne.

Cet hématome est secondaire à une plaie d’une artère méningée moyenne (Ou parfois d’un sinus veineux). La localisation la plus fréquente est : temporale.

 

1-      Clinique : traumatisme. Intervalle libre. Localisation. Obnubilation (= confusion, ralentissement des facultés mentales).

2-      Diagnostique : Signes directes : lésion hyperdense ; para-osseuse ; biconvexe ; bien délimitée.

       Signes indirectes : fracture de la voûte ; effet de masse sur les ventricules (déplacement de la ligne médiane).

Si image hétérogène : le saignement n’est pas stoppé !

 

 

III-                HEMATOME SOUS DURAL

Collection entre la dure-mère et l’arachnoïde. Différents stades : aigu, subaigu ou chronique.

En général, il est secondaire à la rupture d’une veine corticale ou d’un sinus veineux.

 


1-      Clinique

Aigu : 24heures avant le traumatisme.

Subaigu : entre 2 jours et 10 jours.

Chronique : quelques mois après, trou de mémoire, déficit de conscience, frustration.

 

2-      Diagnostique

Aigu : lésion hyperdense.

Subaigu : juxtaposition à l’os. Biconcave. Hémisphérique.

Chronique : lésion hypodense.

 

IV-               CONTUSIONS HEMORRAGIQUES

Lésions cortico / sous-corticales.

Se sont des lésions de contrecoup (AVP). Se sont donc des foyers hémorragiques microscopiques.

Diagnostique : ponctiforme, hyperdense, œdème périphérique hypodense, visible durant 48heures, évolution en atrophie localisée.

 

V-                 HEMORRAGIE MENINGEE

Présence de sang dans les espaces sous arachnoïdiens.

Cette hémorragie entraine une hyperdensité bien visualisée des les citernes (=hématocrite) qui diminue progressivement, plus vite que lors d’une hémorragie intracrânienne en raison de la dilution du sang par le LCR.

 

1-      Etiologie la plus fréquente

Rupture d’un anévrisme intracrânien.

 

2-      Clinique

Céphalées brutales, nausées, vomissements, troubles de la conscience, photophobie, raideurs de la nuque.

 

3-      Imagerie

> SCANNER SANS INJECTION.

-          Hyperdensités ; des citernes ? des sillons ? de la tente ? des scissures ?

-          Modifications ventriculaires ; dilatations ? (présence d’un caillot dans les ventricules et les citernes ?)

-          Lésions associées ; hématomes intracrâniens ? hémorragies intra ventriculaires ? lésions hypodenses ?

 

VI-               CONTUSIONS HEMORRAGIQUES

-          Lésions sous corticales,

-          Lésions de contrecoup,

-          Foyers hémorragiques microscopiques.

Elles sont ponctiformes, hyperdenses et ne persistent pas.

 

VII-              HEMATOMES INTRA PARENCHYMATEUX

>    Collection de sang au niveau du parenchyme cérébral. De taille variable. La localisation dépend des étiologies ;

-          Traumatisme,

-          Hyper Tension Artérielle (répercutions surtout au niveau des noyaux gris centraux),

-          Altération de la coagulation,

-          Atteintes tumorales,

-          Autres malformations artério-veineuses, anévrisme, thrombophlébites… (Willis pour voir les communications).

Thrombophlébite : on peut toujours situer le thrombus puis l’hémorragie.

Hémorragie : vomissements, nausées, céphalées brutales + raideurs dans la nuque.

 

La recherche d’une hémorragie : scanner sans injection car le sang est spontanément hyperdense.

 

Après chaque image anormale, il faut analyser :

-          L’âge du patient,

-          La situation de la lésion (intra/extra ventriculaire, intra/extra cérébral, méningée),

-          Le syndrome de masse (permet de définir la gravité).

  • Sur les ventricules (visibles, symétriques, dilatés ?),
  • Sur les espaces sous arachnoïdiens,
  • Sur la faux,
  • Sur l’os (amincissement, érosion)
  • Ligne médiane conservée ?
  • Engagement cérébral (passage du cerveau par le trou occipital suite à un élément additionnel dans la boite crânienne) => compression cérébrale.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×